Les textes de Pierre Sommermeyer

Accueil > Livres, films et théatre > Dictionnaire des inégalités

Dictionnaire des inégalités

lundi 22 juin 2015, par ps

Sous la direction de Alain Bihr et Roland Pfefferkorn
Armand Colin 2014 440 p. 27,55€

Rendre compte d’un dictionnaire comportant 500 entrées rédigées par 215 spécialistes est une entreprise difficile si ce n’est impossible. Tout lire, non, il faut choisir mais comment ? Sur un sujet aussi vaste, aussi important, aussi actuel, il y a de quoi rester muet. Au fond qu’est ce que l’inégalité, ce qui questionne aussi sur ce qu’est l’égalité.
Pour les « directeurs » les processus en cours jusqu’aux années 1980 avaient créé une dynamique de réduction des inégalités sociales. Il semblerait que cela fut confirmé par les statistiques et autres études économiques. Soit. Est-il nécessaire de rappeler que les statistiques ne sont qu’une forme de mensonge fort élaborée (Disraeli). Tout est dans leur interprétation. Pour nombre d’entre nous qui vécurent l’Europe des années dites glorieuses, ce fut une réalité, un espoir et une illusion. La réduction des inégalités semblait à portée de main, possible. Ce ne fut au fond qu’une parenthèse nécessaire au renouvellement du capital saigné par la dernière guerre mondiale. Depuis la dernière décennie du précédent siècle, l’illusion est tombée. Les inégalités se sont multipliées de façon voyante et évidente sauf pour les myopes néo-libéraux. Ce dictionnaire, et on peut le déplorer, est aujourd’hui plus que bienvenu. Il est nécessaire et indispensable. Le capitalisme tout comme l’étatisme ayant étendu sa main sur la totalité de la vie sociale, cet ouvrage concerne tous les aspects de la vie, tant privés que publics. La notice concernant l’égalité aborde franchement le sujet. Au fond, personne ne sait ce que cela signifie. Nous connaissons tous ce début de la Déclarations des droits de l’homme qui prétend que nous naissons et demeurons tous libres et égaux. L’auteur de la notice parcourt rapidement les multiples problèmes que cette idée pose et termine en disant que « si l’égalité est bien une valeur en voie de disparition elle ne peut être défendue qu’en la repensant radicalement et sous toutes ses dimensions », dont acte.

La notice concernant le Libertarianisme laisse rêveur.

Celle abordant l’égalitarisme rétablit un peu la réalité de ce courant mais sans rappeler ni l’une ni l’autre que les libertariens nient la réalité de la lutte des classes. A propos de cette dernière il est indispensable de se référer à l’article Classes sociales écrite par Alain Bihr bien connu des lecteurs de Réfractions. Une notice concerne la détention. Elle donne l’impression que le problème se limite au nombre de mètres carrés d’une cellule. Penser la détention sans penser la situation des gardiens qui y vivent quarante années de leur vie est une des erreurs, graves, de tous ceux qui se sont penchés sur ce problème. Deux pays ont l’honneur d’une notice, probablement du fait de leur importance démographique, les autres étant traités plus globalement. Il y a la Chine et l’Inde. Le premier paragraphe laisse entendre que si inégalité il y a en Inde il faut en amender sa vision. Quand à la troisième phrase on lit que « le pays est doté d’un gouvernement fort et démocratique qui agit contre certaines formes d’inégalités » on se demande si on rêve, les dernières élections « démocratiques » ayant mis au pouvoir une majorité hindouiste fanatique. Ce qui est heureusement avancé dans les paragraphes suivants ne tendra dans les temps qui suivent qu’à s’aggraver. Qui aura une calculette suffisamment complexe pour mesurer la différence entre la famille Tata et l’aborigène végétant dans une de ces forêts profondes de l’Orissa ? En ce qui concerne la Chine, que dire de cette notice ? Il n’y a pas mention de l’existence d’une bureaucratie tentaculaire aussi bien produite par l’Etat que par le Parti. Il faut attendre la fin de l’article pour voir apparaitre le mot communiste. La dernière phrase mériterait pour le moins un point d’interrogation quand elle dit que « le XVIII congrès à réitéré l’objectif de lutter contre l’accroissement des inégalités. » Mieux vaut en rire qu’en pleurer. Limiter l’intérêt de ce dictionnaire à la critique de ces deux notices serait une erreur. Pour ceux qui sont intéressés, concernés, par l’inégalité croissante de ce monde, il fournit des informations, donc des armes incontournables. Zygmunt Bauman dans son dernier ouvrage « Les riches font-ils le bonheur de tous ? » dit que la question de l’inégalité est revenue au centre de l’intérêt public et suscite des débats passionnés.

Ce dictionnaire le prouve.

Pierre Sommermeyer

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)